marjorie

« Ce qui m’anime, c’est faire bouger les mentalités. Si moi, à mon petit niveau, je peux contribuer à ça, ce sera déjà ça. »

La responsable RH au don d’ubiquité

Marjorie n’aime pas la routine. Pour quelqu’un qui se définit comme « lambda ou normale », elle étonne plutôt. Jeune, elle quitte sa ville na-tale, Béziers, pour satisfaire ses envies d’ailleurs. Elle étudie en Finlande et au Québec. Ces expériences seront transformatrices : très tôt, elle apprend à « se débrouiller seule très vite et à s’ouvrir à d’autres cultures ». Mais, de son propre aveu, ce qui détonne peut-être le plus chez elle, c’est son enthousiasme. « Je suis quelqu’un qui fonctionne aux tripes. Si je porte un sujet, je suis à 1 000 %, je vais soulever des montagnes. » Ainsi, quand on lui a proposé un poste de responsable RH pendant qu’elle était enceinte, elle a décidé de s’organiser pour honorer la proposition de ses rêves. Aujourd’hui, elle passe deux jours par semaine en déplace-ment à l’agence de Nice et les trois autres jours à Bouc-Bel-Air (entre Aix et Marseille). Elle gère trois agences et sa famille. « Tout est une question de choix. Quand on veut quelque chose, on se donne les moyens. Mon ambition était d’avoir ce poste de responsable RH et, étant une femme, j’ai dû faire un choix. Aujourd’hui, si je ne l’avais pas fait, j’aurais toujours eu un regret et je ne me serais pas épanouie », confie-t-elle.

Trouver le juste équilibre

Si beaucoup tient à la force de sa volonté, Marjorie est reconnaissante de l’aide et de la solidarité dont elle bénéficie de la part de ses beaux-parents et d’une nounou « super flexible ». « Je me rends compte que je suis privilégiée car j’ai réussi à tout concilier, et puis j’ai un super conjoint qui prend le relais. » Dans son travail comme dans sa vie, cette femme accro à l’adrénaline se dit aussi à la recherche de la « justesse » : un mot qui n’est pas à prendre à la légère quand on travaille dans les relations humaines. Cette justesse, elle la trouve en ne faisant jamais rien qui soit contraire à ses valeurs. Avec son agence de Nice et en partenariat avec une association, elle s’est ainsi récemment engagée dans un projet d’éco-citoyenneté qui allie sensibilisation à la transition énergétique et aussi formation et embauche d’habitants d’un quartier sensible. « On a l’impression d’être utiles pour faire bouger les lignes, pour attirer les jeunes et pour valoriser les métiers techniques. Ce qui m’anime, c’est faire bouger les mentalités. Si moi, à mon petit niveau, je peux contribuer à ça, ce sera déjà ça. »