lea

« La fin de la précarité étudiante, c’est un moment pour bâtir des bases nouvelles. »

La militante pragmatique

À 26 ans, Léa a fait le choix de s’engager au quotidien dans des causes qui lui tiennent à cœur. À la maison, elle tend vers le zéro déchet avec sa colocataire, puisque toutes deux ont choisi un mode de consommation plus responsable et raisonné, qui leur permet de réfléchir à l’impact de leurs achats sur la société et la planète. « Choquée par l’indifférence des Parisiens face aux SDF et aux migrants », Léa s’est aussi engagée au sein des Restos du Cœur. Une fois par semaine, elle participe à la distribution de repas Porte de la Chapelle et Porte d’Aubervilliers. Ces deux passages à l’acte sont pour elle liés à son installation dans la vie active : « Même si la question du sens de mes actions m’a toujours animée, ce n’est que quand j’ai trouvé un emploi stable que j’ai pu me lancer dans des projets personnels qui ont plus de sens. La fin de la précarité étudiante, c’est un moment pour bâtir des bases nouvelles. »

La recherche éternelle d’une harmonie

Ce questionnement sur le sens de ses actions est devenu une grille de lecture qui informe l’ensemble des choix de Léa. Quitte à ce que cela devienne l’objet d’une éternelle quête : « Je me pose la question du dé-but de mon action, de sa fin et de ses impacts. Depuis un an et demi, je suis en pleine réflexion sur comment devenir actrice de mon quotidien et en harmonie avec mes valeurs. » Léa a l’impression de ne pas faire assez. Frustrée de ne donner que de l’aide ponctuelle, elle confie son souhait de trouver une autre association qui lui permette de soutenir des personnes migrantes sur le long terme. Pragmatique, elle estime que « c’est seulement en étant optimiste et réaliste que l’on pourra faire bouger les choses ». Il faut croire en la capacité des êtres humains à trouver des solutions ensemble, mais pas question pour autant de tomber dans un solutionnisme technologique béat qui ne peut pas tout résoudre. Car c’est avant tout l’humanité qui doit primer comme objectif et comme ressource : c’est peut-être ça qui guide Léa.