elise

« Je suis intimement convaincue que l’innovation et la performance émergent lorsque l’on brasse des équipes avec des profils très différents. »

La chimiste multiculturelle

Élise a 50 ans et revendique haut et fort ses origines multiculturelles. Née d’une mère danoise et d’un père franco-anglo-irlandais, elle a élevé ses deux enfants entre deux cultures : française et danoise. Des racines familiales également enrichies par des années vécues à l’étranger : cinq ans aux États-Unis avec un doctorat en poche, puis cinq ans aux Pays-Bas avant de revenir en France, où elle dirige aujourd’hui le pôle global FM d’ENGIE Cofely. « Dès mon plus jeune âge, ma mère m’a encouragée à avoir une carrière pour que j’aie mon autonomie financière », confie-t-elle. Pas étonnant, donc, qu’elle ait mené une carrière aussi brillante. Depuis qu’elle est revenue en France, Élise n’a de cesse de vouloir mettre en avant cet héritage multiple qui a fait sa force. Logiquement, elle a fait de la diversité un cheval de bataille. « Je suis intimement convaincue que l’innovation et la performance émergent lorsque l’on brasse des équipes avec des profils très différents. »

L’ambition et la joie

Cette diversité, elle se trouve dans les origines et les parcours, mais aussi dans l’égalité hommes-femmes. Le déclic s’est fait pour Élise quand elle a bénéficié d’un mentoring il y a quelques années : « Le mentoring m’a aidée à sortir de mon cadre et à oser exprimer des ambitions », en l’occurrence le fait de prendre la tête d’une filiale d’ENGIE. Elle devient alors persuadée que, pour faire bouger la société, il faut des coups de pouce, et se lance à son tour dans le mentoring pour favoriser l’ascension de nouveaux profils dans l’entreprise. « Aujourd’hui, il y a 30 % de femmes chez GEPSA. Dans ma filiale précédente, j’étais arrivée à 50 % de femmes dans mon comité de direction », se félicite-t-elle. Aujourd’hui, elle considère qu’œuvrer pour ses équipes l’a fait changer et grandir autant que son éducation multiculturelle. Le tout dans la joie et la bonne humeur : pour cette femme souriante, « on peut être un dirigeant ou être engagé dans sa vie professionnelle ou personnelle et avoir besoin de rire. J’essaie, à mon échelle, de donner de la joie ».