carline

« L’idée, c’est d’accueillir des profils tels que les jeunes, les femmes, les seniors ou les personnes en situation de handicap, qui révèlent autant de potentiel que les autres salariés, voire plus. »

Un engagement sans faille pour la diversité

« Je pense avoir une cohérence de fonctionnement au niveau professionnel et au niveau personnel. Il n’y a pas trop de cloisonnement entre les deux, je suis bien à ma place », estime Carline. Une constante se dégage en effet de ce qu’elle nous raconte : un engagement pour ce qu’on pour-rait appeler l’égalité des chances. Après avoir démarré sa carrière comme assistante sociale, elle a repris des études en ressources humaines. Chez ENGIE Cofely, elle a été DRH d’une filiale avant de prendre son poste actuel, consacré à la diversité. « L’idée, c’est de porter les va-leurs du groupe sur le volet RH de la RSE, et d’accueillir des profils tels que les jeunes, les femmes, les seniors ou les personnes en situation de handicap, qui révèlent autant de potentiel que les autres salariés, voire plus. Pour cette raison, la diversité est aussi un atout business pour nos clients et pour notre entreprise. Notre démarche participe à la conquête de nouveaux marchés avec des clients qui sont fiers de travailler avec nous. »

Une fibre sociale assumée

Son engagement se retrouve aussi dans les activités qu’elle mène en-dehors du travail. Depuis sept ans, Carline est marraine au sein de l’association Proxité, où elle propose du soutien scolaire à des jeunes d’un quartier d’éducation prioritaire de Nanterre, de la sixième à leur intégration dans le monde professionnel. « On a un taux de réussite de 85 % au bac, se félicite-t-elle, le fait de croire en eux, c’est assez magique. Ils investissent alors l’école. » Elle est également bénévole dans une ressourcerie, où elle anime un atelier de mosaïque pour les habitants du quartier : « Ça m’intéresse de contribuer à des initiatives intergénérationnelles, diversifiées, au plus près des territoires. » Bref, Carline a une « fibre sociale assumée », et insiste sur la chance et le « bonheur de pouvoir développer un poste qui lui permet de donner encore plus de sens à sa vie personnelle et à sa vie professionnelle ».