La région Rhône-Alpes-Auvergne s’est lancé un défi fou : déployer le plus important projet de mobilité hydrogène renouvelable en France. Baptisé Zero Emission Valley, il répond à un triple enjeu à la fois environnemental, évidemment, mais aussi industriel et économique. La première  pierre de la  première station hydrogène, installée à Chambéry par ENGIE Cofely, vient tout juste d’être posée.

 

Une première station hydrogène à Chambéry pour un projet d’envergure

La mobilité est l’un des enjeux majeurs de la transition zéro carbone. Pourquoi ? Parce qu’il faut émettre beaucoup moins (et vite !) et que les transports sont responsables de 30% des émissions de CO2 en France, tandis que les besoins de mobilité sont croissants. Il est ainsi déterminant de développer les solutions de mobilité durable, plus propres.

Et la région Auvergne-Rhône-Alpes l’a bien compris ! Nous vous en parlions il y a quelques semaines ici, son projet de Zero Emission Valley vient d’être choisi dans le cadre de l’appel à projets « Ecosystèmes de mobilité hydrogène » de l’ADEME. Une belle opportunité pour un projet d’envergure auquel participe ENGIE Cofely et de nombreux acteurs.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Banque des Territoires sont ainsi investis à hauteur de 49% dans la société de projet Hympulsion, fruit d’un partenariat public-privé unique en son genre, tandis que le Groupe Michelin, ENGIE avec le Crédit Agricole détiennent 51% du capital.

 

>> L’hydrogène renouvelable, partenaire des territoires <<

 

L’ambition d’Hympulsion ? Accélérer le déploiement de Zero Emission Valley (ou ZEV), le premier projet de mobilité hydrogène renouvelable en France pour les flottes captives des professionnels. Co-financé par des fonds européens, ce projet a pour ambition de proposer des véhicules et de l’hydrogène renouvelable à un coût global comparable à celui du diesel. ZEV verra ainsi la mise en circulation de 1 000 voitures à pile à combustible, 20 stations de recharge à hydrogène et 15 électrolyseurs pour produire de l’hydrogène sans rejet de CO2.

Une première station hydrogène débute sa construction à Chambéry, construite par GNVert, finiale d’ENGIE Cofely, elle sera inaugurée en novembre !

La prochaine station sera lancée fin août, à Clermont-Ferrand.

 

Une station hydrogène, comment ça marche ?

Le maillage de stations est une donnée cruciale dans la mobilité durable, elles doivent être suffisamment nombreuses et stratégiquement placées pour répondre aux besoins des utilisateurs de véhicules zéro émission. Les 20 stations de la ZEV couvriront à terme un large territoire.

Une station hydrogène se compose de trois éléments : une aire de stockage de l’hydrogène, une zone de compression, et un espace de distribution.

A l’heure actuelle, en France, l’hydrogène est produit de manière centralisée sur moins d’une dizaine de site. Pour sa distribution sur les lieux d’usage, l’hydrogène est stocké à basse pression (200 bars) dans des bouteilles et transporté par camion. Pour certaines stations, l’hydrogène est produit sur place au moyen d’un électrolyseur, par un phénomène appelé « électrolyse de l’eau ».

 

>> Découvrez notre dossier pour tout savoir sur l’hydrogène et ses usages <<

 

L’espace de distribution est équipé d’un flexible, d’un pistolet et d’un écran de contrôle, tout comme une pompe à essence. Une fois le flexible raccordé au véhicule, le remplissage du réservoir est géré par l’automate de la station. Un plein d’hydrogène s’effectue en quelques minutes seulement !

Après Chambéry, une vingtaine de stations hydrogène à venir !

Illustration Première Pierre station hydrogène chambéry Laurent Wauquiez

Illustration Première Pierre station hydrogène chambéry Laurent Wauquiez

Vous l’aurez compris, Zero Emission Valley est un projet déterminant pour la transition zéro carbone des territoires. Par son ampleur, à terme, il couvrira à lui seul 25 % des objectifs de véhicules annoncés dans le plan national hydrogène !

Acteur majeur de la filière hydrogène en France, ENGIE Cofely, via sa filiale GNVert, participe au projet en construisant les stations hydrogène qui mailleront bientôt la région. ENGIE et ENGIE Cofely se sont par ailleurs engagés à faire l’acquisition de plus de 10 véhicules à hydrogène pour leurs activités autour de Chambéry.

Un soutien à la transition zéro carbone de la région Auvergne-Rhône-Alpes à l’image des projets engagés partout en France et dont ENGIE Cofely est fier d’être partenaire. Dans le Var avec HynoVar, c’est la mobilité sur l’eau et l’écotourisme qui se développent ; à Pau et à Lens, c’est le transport en bus qui bénéficie de la technologie hydrogène ; l’Occitanie et l’aéroport de Toulouse-Blagnac ne sont pas en reste avec HyPort, tandis que le Morbihan réalise lui aussi sa transition avec Morbihan Energie. ENGIE Cofely a, par ailleurs, fait l’acquisition de 200 vélos hydrogène, que les journalistes du G7 pourront utiliser lors de leur déplacement sur le lieu de l’événement fin août.

Aucun doute, la transition zéro carbone des territoires est en marche !

Pour aller plus loin...