Le 28 octobre dernier, Ségolène Royal a fait publier la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) dans le « Journal officiel ». Tout en rappelant les grands objectifs de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, ce document a pour ambition de définir les moyens pour y parvenir.

En réaction, plusieurs ONG reprochent à la PPE de ne pas donner suffisamment de précisions sur les dispositifs à mettre en place, notamment pour réduire de 50% la part du nucléaire dans le mix énergétique français.

Des objectifs en cohérence avec la stratégie nationale bas carbone :

La programmation pluriannuelle de l’énergie trace, aux horizons 2018 et 2023, les orientations et actions concrètes pour décarboner et diversifier notre mix énergétique en favorisant la croissance verte. Elle prévoit de :

  • réduire fortement la consommation d’énergie (-12% en 2023) et en particulier la consommation d’énergies fossiles (-22% en 2023), au bénéfice du pouvoir d’achat des ménages, de la compétitivité des entreprises, et de l’indépendance énergétique de la France ;
  • augmenter de plus de 70% la capacité d’énergies renouvelables électriques
  • augmenter de 50% la production de chaleur renouvelable ;
  • développer la mobilité propre au travers du déploiement des modes actifs, collectifs, et partagés, et d’une diversification de nos carburants vers l’électrique et le gaz naturel véhicule ;
  • réduire la production d’électricité d’origine nucléaire, en réponse à l’évolution de la consommation électrique et au développement des énergies renouvelables.
  • rendre le système énergétique de demain plus flexible et résilient aux chocs de toute nature, grâce à des orientations permettant de développer le stockage, de promouvoir l’autoconsommation ou bien encore de déployer les réseaux de chaleur.

Afin de tenir compte des incertitudes affectant aujourd’hui le monde de l’énergie tout en visant les objectifs ambitieux fixés par la loi pour 2030, la programmation sera révisée en 2018 puis tous les cinq ans.

Pour en savoir plus, consultez le site du Ministère de l’Environnement.