Le 3 juin dernier, ENGIE Cofely et Tours Métropole Val de Loire ont posé la première pierre de la future chaufferie biomasse qui alimentera l’ouest de la métropole en chaleur renouvelable. Un geste symbolique qui marque une nouvelle étape dans la concrétisation du projet de Tours Métropole Val de Loire. Tour d’horizon du projet…

La chaufferie biomasse de Tours porteuse de promesses…

Dans le cadre des objectifs fixés par la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte, Tours Métropole Val de Loire s’est lancé dans un projet d’envergure, conçu avec le soutien de l’ADEME. Concrétisé par un réseau de chaleur, qui mesurera à terme 17 kilomètres, les objectifs de ce projet sont multiples.

Il s’agit, pour la métropole, de s’engager vers une consommation énergétique maîtrisée, durablement fiable, écologique et économe de tous les lieux de service public de son territoire. Pour les usagers du réseau, l’objectif du projet est de les aider à maîtriser leurs charges de chauffage, avec une solution plus économique.

Le réseau de chaleur, alimenté par une chaufferie biomasse qui produira une chaleur issue à 73% d’énergies renouvelables, permettra de contribuer au développement de ressources locales (la filière bois) et donc de l’économie locale.

Pour un objectif « chapeau » de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Délégataire et investisseur sur le projet (avec l’ADEME), c’est ENGIE Cofely qui a été choisi pour la conception, la construction et l’exploitation du futur réseau de chaleur, en commençant par sa chaufferie bois !

Une chaufferie biomasse, comment ça marche ?

Dans le domaine de l’énergie, par « biomasse », on entend la matière organique d’origine végétale, animale, bactérienne ou fongique utilisable comme source d’énergie. Dans le cas du réseau de chaleur de Tours, il va s’agir principalement de bois ou « bois-énergie ».

Le bois-énergie recouvre toutes les applications du bois en tant que combustible : bois rebut (palettes, des emballages, broyats des arbres d’ornement), gisement forestier, produits connexes de l’industrie du bois et nouvelles ressources (lin ou encore pépins de raisin, justement à Tours, comme nous vous l’expliquions il y a quelques semaines).

L’énergie calorifique contenue dans le bois peut être valorisée pour couvrir tout ou partie des besoins en eau chaude ou en chauffage d’un réseau dans des chaufferies.

La future chaufferie biomasse de Tours Métropole, implantée dans le quartier du Menneton, sera donc alimentée chaque année par 26 600 tonnes de bois énergie, prélevées dans un rayon de 100 km et 1000 tonnes de pépins de raisin fournis par l’entreprise voisine Indena. D’une puissance biomasse de 13 MW, elle produira de la chaleur pour un réseau qui desservira à terme les principaux bâtiments publics et logements sociaux du secteur : deux hôpitaux, des gymnases, crèches et écoles, l’Hôtel de Ville, l’Université ou encore les serres du jardin botanique. Pour donner un ordre de grandeur, tous les bâtiments publics de Tours Métropole et ses 22 communes membres, soit près de 800 bâtiments, représentent environ 12 000 tonnes de CO2 émises chaque année. Ce projet, qui permettra l’évitement de 19 210 tonnes de CO2 par an « efface » donc plus que l’empreinte carbone des bâtiments du territoire !

Dans un premier temps, 8 kilomètres de réseau seront déployés sur l’année 2019, entre mars et octobre. Le projet s’achèvera en 2023 avec un réseau d’une longueur totale de 17 kilomètres qui s’étendra sur l’ouest de la Métropole.

La chaufferie biomasse de Tours et l’ambition d’ENGIE Cofely

Les travaux de la future chaufferie ont ainsi démarré, en même temps que les premiers travaux d’enfouissement du réseau de chauffage urbain, elle sera mise en service à la fin de l’année. Pour ENGIE Cofely, qui accompagne tous ses clients, dont les collectivités, dans leur transition zéro carbone, ce réseau est un bel exemple de réponse aux enjeux de la ville de demain. Dynamiser l’emploi local, rechercher des subventions, investir dans des projets porteurs et durables, rechercher et contribuer à la meilleure performance écologique et économique constituent l’ambition d’ENGIE Cofely pour les villes et les territoires. Une ambition partagée par les 12 000 collaborateurs qui œuvrent chaque jour pour un progrès au service d’un monde sans carbone !

Pour aller plus loin...