Demain, tout commence

Après avoir été pendant 3 ans Directeur Délégué d’ENGIE Cofely pour la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), Thomas vient de prendre la Direction de la région Ile de France. Sa fonction revêt une forte dimension managériale et commerciale. Il développe le business, initie les affaires nouvelles, supervise les négociations commerciales, mène les projets de transformation de l’entreprise, pilote les dossiers et projets à fort enjeux. En tant que responsable du respect des bonnes pratiques sur l’ensemble de sa délégation, il préside également le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT). Un vrai patron, qui chaque jour s’investit aux côtés de 1 300 collaborateurs, pour gagner en performance et en rentabilité, en motivation et en bien-être au travail. Sur la région PACA, il est parvenu à augmenter la rentabilité des agences, dans un contexte économique atone. D’importants projets ont été finalisés, totalisant plus de 300 M€ de chiffre d’affaires. Mais le plus étonnant, c’est que rien ne prédestinait Thomas à occuper de telles fonctions !

À l’école polytechnique, il avait c’est vrai choisi l’option Économie du développement en complément de la Physique des particules. Mais dans la foulée, en s’inscrivant à l’Ecole Supérieure des Pétroles et des Moteurs, il s’était plutôt mis sur la voie Réservoir, Forage, et Process. Ce qui s’est produit ensuite, Thomas le résume très bien. « J’ai exercé 3 métiers très différents : Ingénieur Réservoir, en charge de réaliser des études technico-économiques sur des champs de gaz ou des réservoirs souterrains ; chef de projet informatique puis responsable de centre de profits dans les services. J’ai travaillé dans presque tous les domaines du monde de l’énergie, de l’amont à l’aval : exploration-production ; transport et stockage du gaz ; services à l’énergie, à la fois pour les particuliers (B2C) et pour les professionnels (B2B). »

Conduire le changement

Véritable locomotive, Thomas doit faire preuve d’une forte capacité à fédérer et entraîner ses équipes et à soigner son relationnel client. Sa position l’amène à prendre des décisions très rapidement, et à piloter son activité dans un environnement changeant et incertain. Dans ces conditions de compétition, l’un des éléments les plus importants à gérer, c’est sans doute le stress. Et pour ça, Thomas a ses secrets. « Je cultive  mes passions ! Je multiplie les voyages, cherche le dépaysement, la nouveauté sous toutes ses formes pour alimenter mon esprit toujours curieux. Je m’informe sur les nouvelles technologies, qui changent nos rapports au monde. Je redécouvre chaque jour la Nature et pratique toutes les activités qui me permettent d’en profiter : VTT, randonnée, montagne, via-ferratta, chasse sous marine, nage en mer… » Thomas lit aussi beaucoup, surtout les Nature Writers Américains et les polars qui se passent dans des pays étrangers. Il suit également de près l’actualité scientifique, avec un intérêt tout particulier pour la physique quantique et l’univers.

La fierté d’évoluer

Le positionnement d’ENGIE Cofely est de proposer à ses clients, à travers une offre très complète de services à l’énergie, des projets qui permettent de réduire leur empreinte environnementale tout en gagnant en performance économique. Cette activité à forte valeur ajoutée, utile pour l’environnement et pour les porte-monnaie, est aussi très mobilisatrice en interne. « Mon plus grand plaisir, c’est  d’être entouré d’équipes motivées. Nous Travaillons sur des offres d’efficacité énergétiques et d’énergies renouvelables qui nous rendent fiers de ce que nous faisons, et que nous sommes fiers de raconter à nos enfants. » Thomas et ses équipes ont par exemple construit à Marseille la première centrale de géothermie marine, qui permettra de chauffer et de climatiser 500 000 m² de bâtiments à partir d’énergie renouvelable puisée dans la mer. Ils vont réaliser un réseau de « vapeur verte » pour récupérer la chaleur fatale d’un incinérateur et alimenter en énergie l’usine qui fabrique les soupes Liebig. Cette opération permettra d’arrêter les chaudières de l’usine qui consomment de l’énergie fossile et par conséquent émettent du CO2.

Ces succès sont le fruit d’un travail d’équipe. « C’est en réunissant les énergies et les compétences que nous sommes en mesure d’aller plus loin, plus vite. Cette coopération est une source de richesse et de satisfaction. La richesse des solutions trouvées, dont certaines nous étonnent ou nous auraient échappées si nous avions travaillé seul. Et la satisfaction de pouvoir partager une victoire collective quand l’équipe a fait aboutir son projet. »

Innover et partager

Quand on demande à Thomas s’il a déjà imaginé quel pourrait être son quatrième métier, il répond sans hésitation : « Je rêverais de diriger le fonds d’investissement d’ENGIE pour prendre des participations dans des start-up prometteuses. » Persuadé que l’innovation sera la clé pour réussir la transition énergétique, il est aussi convaincu que pour accélérer le mouvement, il faut rassembler toutes les forces. « Je souhaiterais que nos progrès nous permettent d’apporter les besoins de base – énergie, eau, soins – aux populations qui en sont encore démunies. »