Le maire de Bègles, Noël Mamère, et ENGIE Cofely signent une convention pour raviver un ancien puit de géothermie à Bègles (Gironde).

Il y a un an, Bordeaux-Euratlantique transformait l’ancien site Esso de Bègles pour le reconvertir en parc de l’intelligence environnementale.

Aujourd’hui, le « parc Newton » accueille des activités de croissance verte ainsi que les porteurs de projets innovants qui luttent contre le changement climatique.

Douze startups sont désormais installées dans les locaux de l’incubateur-pépinière. Parmi elles, Qucit, spécialisée dans les applications prédictives pour faciliter la mobilité urbaine a été l’une des premières à s’y installer. L’ont rejoint Parking Facile, plateforme de partage de parkings privés non occupés, et Newheat, fournisseur de chaleur solaire pour les procédés industriels. La dernière arrivée, Facebots, propose un assistant virtuel via la messagerie de Facebook pour se déplacer en tramway.

Maquette en perspective du parc de l'intelligence environnementale Newton à Bègles.

La convention signée entre la ville de Bègles et ENGIE Cofely a pour objet de raviver un ancien puit de géothermie. Le site est équipé d’un doublet géothermique basse température depuis 1982. Il est composé de deux forages et d’une installation géothermique permettant une réversibilité pour le chauffage et la climatisation des bâtiments. Inutilisés depuis plus de 10 ans, ENGIE Cofely réalisera les travaux de rénovation du forage et de la centrale géothermique.

Cette technologie, à l’image du projet, s’inscrit dans une démarche respectueuse de l’environnement : récupération de l’eau tiède par le biais de pompes à chaleur fonctionnant à l’électricité verte, éolienne ou solaire. L’eau puisée sera ensuite réinjectée dans la nappe par un puit retour.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le parc de l’intelligence environnementale, Newton.